Top

Excursions

Giotto- Chapelle des Scrovegni.
La Chapelle des Scrovegni se trouve dans le centre historique de Padoue et accueille un très célèbre cycle de fresques de Giotto du début du XIVe siècle, considéré comme un des chefs-d'œuvres de l'art occidental. Intitulée à Santa Maria della Carità, la chapelle fut faite construire et peinte à fresques entre 1303 et les premiers mois de 1305 - au profit de sa famille et de toute la population padouane - par Enrico Scrovegni, un richissime banquier de Padoue qui, en février 1300, avait acheté toute la zone de l'ancienne arène romaine de Padoue et y édifia un palais somptueux, dont la Chapelle était l'oratoire privé et le futur mausolée de la famille. Enrico chargea le florentin Giotto de peindre la chapelle à fresques, ce dernier, après avoir travaillé avec les franciscains d'Assise et de Rimini, se trouvait à Padoue à la demande des frères mineurs pour peindre dans leur Basilique de Saint Antoine.

 

 

Basilica di Sant’Antonio.
La Basilique de Saint-Antoine à Padoue, connue par les Padouans simplement comme le Saint, est l'église la plus importante de la ville et une des plus grandes et visitées au monde. Le Saint est une basilique pontificale, actuellement l'église est une des 4 appartenant à l'État du Vatican qui ne se trouve pas dans la capitale, et est sujette à sa juridiction. L'Église abrite les reliques de Saint-Antoine de Padoue. La place située devant la Basilique accueille le monument équestre à Gattamelata de Donatello. Donatello réalisa également les sculptures en bronze (Crucifix de la basilique du Saint, des statues et des panneaux de dimensions différentes) que Boito a placées sur l'autel majeur qu'il avait conçu.

 

 

 

 

Café Pedrocchi.
Le Café Pedrocchi est un café historique de renommée internationale, situé en plein centre de Padoue, via VIII Febbraio n° 15. Ouvert jour et nuit jusqu'à 1916 et connu, par conséquent, même comme le « Café sans portes », pendant plus d'un siècle il a été un point de rencontre prestigieux fréquenté par les intellectuels, les étudiants, les enseignants et les hommes politiques. L'importance historique du local dérive également du fait que le 8 février 1848, un étudiant universitaire avait été blessé dans le café, et que ceci provoqua quelques-unes des émeutes qui ont caractérisé le Risorgimento italien aujourd'hui encore rappelées dans l'hymne officiel universitaire, De chants de joie.

 

 

 

 

Abbaye de Praglia.
L'Abbaye de Praglia est un monastère bénédictin situé dans la campagne padouane, au pied du Mont Lonzina sur la commune de Teolo et à proximité d'Abano Terme. Elle accueille actuellement la Bibliothèque nationale qui est un monument national italien. Son histoire est très mouvementée : elle fut fondée au XIe siècle et fut fondamentale, pendant des siècles, pour la gestion agricole de la campagne padouane. En 1448 elle passa sous la juridiction de l'église de Santa Giustina et adhéra à la réforme monastique bénédictine. En 1490 les bénédictins y ajoutèrent l'église de l'Assunta, d'après le dessin de Tullio Lombardo (transformée radicalement par la suite par Andrea Moroni). Au XIXe siècle l'abbaye subit de nombreuses fermetures et réouvertures jusqu'à la réouverture définitive en 1904. Actuellement l'abbaye est un centre d'excellence dans le secteur de la restauration des livres anciens. Arqua Petrarca. Arqua Petrarca est un Bourg moyenâgeux qui conserve le charme d'autrefois et est considéré la perle des Collines Euganéennes. Habité dès l'époque romaine, il prit de l'importance après que Francesco Petrarca, le grand poète de la langue italienne, désira passer les dernières années de sa vie dans la quiétude caractéristique du bourg. Le village en conserve la maison et la tombe avec les dépouilles. Aujourd'hui la ville d'Arquà Petrarca a été admise dans le club très fermé des Plus Beaux Bourgs d'Italie et a reçu le Drapeau Orange du Touring Club.

 

 

 

 

Collines Euganéennes.
Les Collines Euganéennes sont un groupe de collines d'origine volcanique qui se dressent, comme un archipel, de la plaine du Po et de la Vénétie, à quelques kilomètres au sud-ouest de Padoue. Les Collines Euganéennes sont le premier parc régional de la Vénétie, institué en 1989.

 

 

 

 

Montagnana.
Petite ville de la province de Padoue, célèbre pour son enceinte murale. Les remparts actuels qui constituent un des exemples les plus célèbres et mieux conservés de l'architecture miliaire moyenâgeuse en Europe, remontent à la moitié du XIVe siècle, quand les Carraresi, les seigneurs de Padoue, voulurent développer et renforcer cet avant-poste essentiel de l'état padouan contre la Vérone des Scaligeri. L'espace urbain interne fut développé à cette occasion et la nouvelle enceinte murale fut construite avec des couches superposées de briques et de pierres (trachyte transportée par eau depuis les proches collines Euganéennes). La ville fortifiée est renfermée dans un quadrilatère irrégulier d'environ 600 x 300 mètres avec une zone de 24 hectares et un périmètre d'environ deux kilomètres. Les remparts, couronnés par des créneaux de type guelfe, ont entre 6,5 et 8 mètres de haut et une épaisseur de 96-100 cm. Entre un créneau et l'autre, des panneaux en bois servaient à abriter les défenseurs.

 

 

 

 

Este.
Este est une commune dans la province de Padoue, située au sud des Collines Euganéennes. C'est une petite ville riche en histoire, en effet, à l’Age du fer, c'était le principal habitat des anciens Vénitiens ou Paléovénitiens qui agrandirent la ville, en contribuant au développement de l'économie grâce aux échanges avec les civilisations limitrophes, mais également avec les Grecs et les Romains. Par la suite, aux IIIe-IIe siècles av. J.-C., Este et toute la Vénétie devinrent une colonie romaine. Des pièces de ces périodes sont conservées au Musée National Atestino. Durant le Haut Moyen Age, Este faisait d'abord partie du Règne des Ostrogoths, par la suite elle fut conquise par l'Empire Byzantin, mais seulement pendant une brève période, car les Lombards arrivèrent, ces derniers furent défaits par le Saint Empire Romain de Charlemagne. Par la suite la famille des Este s'empara de la ville et y construisit le château (qui fut détruit par la suite). Este fut également une des localités intéressées par les questions humaines et historiques qui se déroulèrent entre le XIe et le XIIIe siècle et par les nombreuses propriétés où certains membres de la famille des Ezzelini s'illustrèrent. En 1339, Ubertino da Carrara, le seigneur de Padoue, reconstruisit le château tel qu'il est encore. En 1405 Este se soumit spontanément à la République de Venise pour échapper au contrôle des Padouans et aux affrontements de ceux-ci avec les Véronais. Sous la domination vénitienne, Este connut une période grande prospérité, en augmentant l'économie, la culture et l'art, tout ceci fut interrompu uniquement par la peste de 1630. Au cours de cette période Este, sous la domination vénitienne, devint une ville prospère. Este fut conquise, par la suite, par Napoléon Bonaparte qui céda tous les territoires vénitiens à l'Empire des Habsbourg. En 1866 Este et la Vénétie furent annexée au Règne d'Italie. Après l'annexion à Este, comme dans toute la Vénétie, l'émigration augmenta considérablement. Entre le XVIIIe et le XIXe siècle, de nombreux poètes comme Byron et Ugo Foscolo, visitèrent la ville.

 

 

 

 

Villa des Évêques.
La Villa des Évêques fut construite sur un terre-plein des Collines Euganéennes entre 1535 et 1542 comme la maison de villégiature de l'évêque de Padoue, Francesco Pisani, qui la transforma en siège d'un cénacle intellectuel fréquenté par d'importants hommes de lettres et humanistes de l'époque. Les intérieurs et les loges furent enrichis par des fresques réalisées par le Flamand Lambert Sustris, un grand admirateur de la peinture de Raphaël à Rome. Depuis 2005 la Villa est la propriété du FAI - Fonds pour l'Environnement Italien." Ouverte du mercredi au dimanche de 10 h à 18 h

www.villadeivescovi.it